Blair Hampel | Opérateur - contrôle aérospatial

Blair Hampel

Opérateur - contrôle aérospatial

Forces armées canadiennes

Secteur : Droit, sécurité publique et services correctionnels, Transports, distribution et logistique

Lieu de naissance : ON

Emplacement : AB

Éducation : Collège / Technique

Type : Profil de carrière

Sujets :

Sciences de la Terre, Sciences spatiales, Sciences, Technologies et ingénierie, Physique

Aéronefs, Forces armées canadiennes, Sécurité publique, Sécurité des véhicules

Blair Hampel | Opérateur - contrôle aérospatial
Blair HampelOpérateur - contrôle aérospatial
Ce qui me motive

Je suis toujours heureux d’aller au travail ! Dans la tour de contrôle, chaque quart de travail est différent. Mon emploi m’offre constamment de nouveaux défis, et je ne sais jamais comment la journée va se dérouler. Ma carrière me met dans une position où je prends des décisions concernant les opérations de tout un aéroport. Ces décisions contrôlent l’écoulement du trafic aérien et aident les pilotes en situation d’urgence. De plus, les avions de combat militaires doivent être prêts à assurer la défense du Canada vingt-quatre heures par jour et sept jours par semaine.

Ce qui me motive
Mon parcours est

Au moment de terminer mes études secondaires, j’étais intéressé par les Forces armées canadiennes, mais j'envisageais également d’autres options. Après mon secondaire, j'ai travaillé deux ans comme chef de train. C'était un travail intéressant, mais ce n'était pas tout à fait ce que je cherchais. J'ai décidé de me joindre aux Forces armées canadiennes en tant qu'opérateur de contrôle aérospatial. Je suis extrêmement heureux de ma décision ! L'armée canadienne m'a donné une excellente formation en contrôle du trafic aérien, notamment grâce à l'utilisation de simulateurs sophistiqués. Ces simulateurs permettent de mettre en pratique ce qu’on apprend avant de communiquer avec un avion en situation réelle. L’armée m'a également permis d’étudier pour obtenir un diplôme universitaire (tous frais payés) afin de poursuivre mon développement professionnel et ma formation. Ma carrière m'a amené à cinq endroits différents, dans trois provinces canadiennes et m’a également donné la possibilité de partir outre-mer dans le cadre d’un déploiement au Moyen-Orient.

Mon parcours est
Mon conseil aux autres

Je dirais à quiconque qui cherche une carrière passionnante, stimulante et pleine de possibilités d’envisager une carrière d'opérateur de contrôle aérospatial dans les Forces armées canadiennes. Si quelqu'un s'intéresse à l'aviation, à la résolution de problèmes et à la prise en charge tout en détestant la routine, alors cette carrière est idéale. Un autre avantage d’une carrière dans les Forces armées canadiennes est la possibilité de représenter et de servir le Canada au pays et à l’étranger.

Mon conseil aux autres
Comment j'affecte la vie des gensLe contrôle du trafic aérien touche des milliers de personnes chaque jour. Partout dans le monde, les agences de contrôle du trafic aérien dirigent les avions qui volent dans leur espace aérien et dans les secteurs adjacents. Chaque unité de contrôle de la circulation aérienne militaire est une pièce du puzzle qui consiste à contrôler la circulation des avions et à s’assurer que toutes les personnes à bord partent et arrivent à destination en toute sécurité. Comment j'affecte la vie des gens En dehors du travail je

Quand je ne travaille pas dans l'armée, j'aime arbitrer au hockey, jouer de la guitare, voyager dans de nouveaux endroits au Canada et dans le monde, faire du bénévolat dans un site historique et sortir avec des amis pour me détendre.

En dehors du travail je
Ce que je fais au travail

À la tour de contrôle de la base des Forces canadiennes de Cold Lake, en Alberta, je dirige les avions dans les airs, ainsi que les aéronefs et les véhicules qui circulent au sol. Mon objectif est de m'assurer que tout se déroule de manière sûre et efficace. Pendant un quart de travail, nous travaillons en équipe avec les personnes en service à ce moment-là. Le travail d'équipe est extrêmement important, chaque personne jouant son rôle et s'assurant que l'avion peut se déplacer de façon sécuritaire et efficace. 
Pendant les périodes de pointe, 20 à 30 avions peuvent décoller et atterrir en très peu de temps. Lors de certains exercices militaires, ce nombre peut être encore plus élevé. Pendant ces périodes, un contrôleur de la circulation aérienne décide en permanence de la meilleure façon de contrôler l’avion dans les airs et au sol. Ces tâches sont assistées par diverses technologies, notamment des radars, radios et autres équipements spécialisés.

Ce que je fais au travail
À propos de moi

Je suis né/j’ai grandi à : Je suis né et j'ai grandi à Ridgeway, en Ontario (Canada)

J’habite désormais : Cold Lake, Alberta, Canada

J’ai complété ma formation ou mes études à : Toute la formation en contrôle du trafic aérien des Forces armées canadiennes se déroule à l'École des opérations de contrôle aérospatial des Forces canadiennes (EOCAFC) de Cornwall, en Ontario. J'ai complété ma formation de niveau débutant pour le contrôle de la circulation aérienne à l’EOCAFC, ainsi qu’un cours de contrôle au sol et un cours d'avis de vol.

À propos de moi

Quand j'étais

Quand j'étais étudiant, j'ai apprécié :
  • Géographie
  • Historie
  • Éducation physique / santé
Quand j'étais étudiant, je me serais décrit comme quelqu'un qui :
  • Réuni les gens
  • Aime aider les gens
  • Joué dans une équipe sportive
  • A été motivé par le succès
  • Voulait être en charge
  • Aime être libre de pouvoir explorer mes idées
  • Engagé dans des activités de bénévolat
  • Lecture aimée
  • Était vraiment créatif

Explorez les profils de carrière

Les partenaires

Forces armées canadiennes
Forces armées canadiennes

Parlons sciences remercie les hommes et les femmes des Forces armées canadiennes qui ont accepté de partager les détails de leurs passionnantes carrières. Pour en apprendre davantage sur les carrières possibles dans les Forces armées canadiennes, visitez-les sur YouTube, Instagram, Twitter ou Facebook.